Mouvement de Résistance Sociale aux Conditionnements Psychologiques Créés par les Médias et par les Pouvoirs Politiques.
VOL. 01Sunday 25th June, 2017NO.001

Un Mouvement de résistance est créé
«Sans la collaboration des médias, jamais un seul tyran n’arriverait à ses fins. Et sans résistance, jamais un seul individu n’atteindrait la liberté»

Dans l’inconscience complète de l’arme puissante qu’ils ont entre les mains, les médias et les journalistes servent la cause d’un pouvoir politique dominateur, en générant des émotions qui poussent les populations aux préjugés, à l’intolérance et à la haine.

Le Mouvement de Résistance Sociale aux Conditionnements Psychologiques Créés par les Médias et par les Pouvoirs Politiques, fondé en juillet 2007 par Raël, leader spirituel du Mouvement Raëlien, a pour mission:

  • de dénoncer l’alliance entre les médias et les pouvoirs politiques dans le conditionnement des populations;
  • de dénoncer les nombreux abus des médias et des pouvoirs politiques;
  • de faire condamner par la justice les abus journalistiques et politiques;
  • d’obliger les médias à informer objectivement les populations sans instiller les virus de la haine et de l’intolérance dans leur traitement de l’information;
  • d’aider les populations à prendre conscience que la grande majorité de leurs opinions et attitudes ne viennent pas de leurs propres expériences, mais qu’elles
  • ont été conditionnées par les médias et les pouvoirs en place;
  • d’éduquer les individus à acquérir une indépendance de pensée.

Il faut bien comprendre que sans la collaboration des médias, jamais un seul tyran n’arriverait à ses fins. Jamais Bush n’aurait eu l’appui de son peuple pour attaquer l’Afghanistan et l’Irak, jamais Hitler n’aurait convaincu la population allemande de participer à la mise en œuvre de sa «solution finale» et jamais le génocide rwandais ne se serait produit.
Mais fort heureusement, quelques bribes de Mouvements de Résistance aux Conditionnements des Médias ont commencé à faire apparition, notamment avec la condamnation de Julius Streicher, en octobre 1946 lors du procès de Nuremberg, pour incitation à la haine et propagande antisémite en ayant publié le journal Nazi le Der Stürmer et des livres antisémites pour enfants. Il en a été de même, le 3 décembre 2003, alors que le Tribunal pénal international pour le Rwanda a condamné Ferdinand Nahimana, l'un des fondateurs de la Radio-télévision libre des mille collines (RTLM), et Hassan Ngeze, ancien directeur de la revue "Kangura", à la prison à vie pour leur participation dans le génocide de 1994 (800 000 morts). Jean-Bosco Barayagwiza, un autre responsable de la RTLM, a été condamné à trente-cinq ans de prison. C’est extraordinaire lorsqu’on pense que ceux-ci n’ont jamais tué personne mais ont été condamné à une peine aussi sévère que s’ils l’avaient fait, simplement en ayant tenu des propos générateurs de passions meurtrières.

Une des particularités des médias, c’est non seulement leur pouvoir de propager des informations évocatrices d’émotions de toutes sortes, mais aussi d’accentuer par l’exagération et la répétition le sens de leurs messages. Le petit journaliste fonctionnaire qui travaille pour une société d’information, elle-même à la solde des pouvoir politiques, qui recueille les informations pour ensuite les retranscrire en des termes susceptibles de créer l’émotion voulue, c’est-à-dire celle qui fera augmenter les ventes de journaux ou les cotes d’écoute de la radio ou de la télé, n’est nullement conscient de ce qu’il a entre les mains et de la longue portée de cette arme redoutable que représente le «pouvoir de l’information» et son traitement émotionnel et irrationnel. Il détient non seulement le pouvoir d’influencer des comportements de consommation; non seulement le pouvoir d’induire des opinions dans l’esprit de la population, mais aussi et surtout le pouvoir de ruiner des vies, de générer la haine d’un groupe contre un autre et la guerre entre des peuples.

Certains diront que la liberté d’expression et la liberté de presse sont importantes dans une société libre et démocratique. C’est vrai, car sans elles d’autres abus sont aussi possible. Mais il faut bien comprendre qu’avec cette liberté vient une immense responsabilité. Tout comme chaque individu est responsable de ses actes, quelle que soit la liberté et le droit desquels il s’investit, tout journaliste et tout directeur de l’information de journaux, de radio ou de télévision est responsable de ses paroles et des messages qu’il véhicule, car ceux-ci ont le pouvoir de générer des réactions dont on ne soupçonne pas suffisamment l’impact.

Le Mouvement de Résistance Sociale aux Conditionnements Psychologiques Créés par les Médias et par les Pouvoirs Politiques s’engage à lutter contre les abus des pouvoirs actuels sur les populations, en dénoncant ceux ci et en les obligeant a réparer les dommages causés.


La Une | A propos de nous | Actualités | Vidéos | Nous Contacter | Facebook |
Best Viewed with Firefox2
[X]